Fleurs, Guide, Jardinage

Prendre soin de la joie guinéenne

Image – Flickr/Kai Yan, Joseph Wong

Le Les joies guinĂ©ennesLes hybrides de Nouvelle-GuinĂ©e sont des fleurs trĂšs colorĂ©es et donc belles Ă  avoir dans votre jardin. Le nom scientifique de ces fleurs est Impatiens hawkeri et elles sont les plus jeunes sƓurs de la joie populaire de la maison (Impatiens walleriana).

C’est pourquoi, si vous avez les joies de la maison chez vous, vous devriez prendre des prĂ©cautions similaires Ă  celles des GuinĂ©ens. Tout comme eux, la plante nous donne des fleurs au printemps et en Ă©tĂ©bien qu’avec un peu de chance, ils puissent durer quelques mois de plus. Cependant, il s’agit d’une plante annuelle, ce qui signifie qu’elle est rejetĂ©e chaque annĂ©e.

Origine et caractéristiques des joies guinéennes

La joie guinéenne est une plante herbacée

Image – Wikimedia/Forest & Kim Starr

Les joies guinĂ©ennes sont des plantes herbacĂ©es originaires de Nouvelle-GuinĂ©e, qui dĂ©veloppent des feuilles vertes, bronzĂ©es ou rougeĂątres, simples et lancĂ©olĂ©es. Ils atteignent une hauteur de 20 Ă  30 centimĂštres environ, et leurs fleurs sont de diffĂ©rentes couleursRose, rouge, blanc, jaune. Ils fleurissent du printemps Ă  l’Ă©tĂ©, aprĂšs quoi ils produisent des fruits Ă  pĂ©pins avant de mourir.

En effet, leur cycle de vie est annuel, c’est-Ă -dire qu’en un an (en fait, en moins de temps), ils germent, poussent, fleurissent et donnent des graines. Pour cette raison, son taux de croissance est assez rapide.

De quels soins ces plantes ont-elles besoin ?

Si vous voulez avoir un spécimen de la joie guinéenne, nous vous recommandons de lui apporter les soins suivants :

Lieu

  • A l’intĂ©rieurLa maison « verte » : elle peut bien vivre Ă  l’intĂ©rieur de la maison si vous la placez prĂšs d’une fenĂȘtre, car elle a besoin de beaucoup de lumiĂšre (pas directe) pour pousser.
  • A l’extĂ©rieurLe « T » est le nom de la zone qui doit ĂȘtre placĂ©e dans un endroit lumineux, mais sans ensoleillement direct. Cela l’empĂȘchera de brĂ»ler.

Irrigation

C’est une plante qui a besoin d’ĂȘtre arrosĂ©e lorsqu’elle est chaude, mais Ă©vitez de la mouiller lorsqu’elle n’est pas ensoleillĂ©e car des moisissures peuvent alors apparaĂźtre sur les feuilles et les fleurs. L’arrosage doit ĂȘtre abondant, mais il faut Ă©viter d’engorger les racines car elles pourrissent alors. L’irrigation devrait ĂȘtre abondante en Ă©tĂ© et rare en hiver.

Pour Ă©viter de la perdre, il est conseillĂ© de l’arroser environ 2 Ă  3 fois par semaine en Ă©tĂ© et un peu moins le reste de l’annĂ©e. Toutefois, en cas de doute, vĂ©rifiez l’humiditĂ© du substrat ou du sol, par exemple avec un humidimĂštre numĂ©rique ou en creusant un peu.

Humidité

Ne pas pulvĂ©riser/asperger leurs feuilles, car elles pourrissent. Si l’humiditĂ© de l’air dans votre maison est trĂšs faible, il est prĂ©fĂ©rable de mettre des verres d’eau ou un humidificateur autour de celle-ci.

Terre

La joie guinéenne est une plante annuelle

Image – Wikimedia/Forest & Kim Starr

  • Pot de fleursSubstrat universel : Remplir avec un substrat universel mĂ©langĂ© avec 30% de perlite.
  • JardinLe sol du jardin doit ĂȘtre riche en matiĂšre organique et faciliter le drainage de l’eau.

Abonné

Du dĂ©but du printemps Ă  la fin de l’Ă©tĂ© :

  • Pot de fleursAfin de produire une grande quantitĂ© de fleurs tout au long de la saison, il est conseillĂ© de la fertiliser rĂ©guliĂšrement avec un engrais liquide pour plantes Ă  fleurs (en vente ici) en suivant les instructions sur l’emballage, ou si vous prĂ©fĂ©rez quelque chose de plus naturel, avec du guano (en vente ici) ou de l’extrait d’algues.
  • JardinEngrais : fertilise le sol avec du paillis, du compost ou du fumier provenant d’animaux herbivores.

Moment de la plantation ou de la transplantation

La joie guinĂ©enne doit ĂȘtre plantĂ©e dans le jardin au printemps. Dans le cas d’un pot, il suffira de le passer une fois Ă  un plus grand pot dĂšs que vous l’aurez achetĂ©.

Multiplication

Il est multiplié par les semences et les boutures au printemps, en suivant pas à pas cette démarche :

Semences

  1. Tout d’abord, un plateau de semis est rempli de terre spĂ©cifique pour semis, ou de substrat universel mĂ©langĂ© Ă  30% de perlite.
  2. Ensuite, on l’arrose Ă  fond, en mouillant bien toute la terre.
  3. Un maximum de deux graines sont alors placĂ©es dans chaque alvĂ©ole, et recouvertes d’une fine couche de substrat.
  4. (Facultatif mais recommandé) : verser un peu de poudre de cuivre ou de soufre dessus pour éviter la formation de champignons.
  5. Enfin, placez le lit de semence Ă  l’extĂ©rieur, Ă  mi-ombre.

En maintenant le sol humide mais non saturĂ© d’eau, ils germeront en une dizaine de jours. Lorsque les semis ont environ 8 centimĂštres de long, ils peuvent ĂȘtre mis en pots ou dans le jardin.

Coupures de presse

Un moyen plus rapide d’obtenir de nouvelles copies est couper les tiges et les placer dans un verre d’eau. Cette eau doit ĂȘtre changĂ©e quotidiennement et, une fois qu’elle a des racines, la plante doit ĂȘtre plantĂ©e dans un pot avec du substrat ou dans le jardin.

Taille

Pour aider les plantes dans leur croissance, il est recommandé pour émousser les jeunes tiges au printemps pour se ramifier, afin de produire plus de fleurs.

Faites-le avec une paire de ciseaux désinfectés, et ne coupez que le premier centimÚtre de chaque tige.

Ravageurs

Il est assez rustique en gĂ©nĂ©ral, mais peut ĂȘtre attaquĂ© par les pucerons, les araignĂ©es rouges et les mouches blanches. Tous peuvent ĂȘtre traitĂ©s avec des insecticides Ă©cologiques comme le savon au potassium (en vente ici) ou la terre de diatomĂ©es.

Rusticité

La joie guinéenne ne supporte ni le froid ni le gel.

Vue de la joie guinéenne, une plante aux belles fleurs

Image – Wikimedia/Forest & Kim Starr

Que pensez-vous de la joie guinéenne ?

Vous pourriez Ă©galement aimer...